DECLARATION du CMAtlv à la Commission Internationale UNESCO « Les futurs de l’Education »

Version Anglaise | Version Espagnole


Le CMAtlv, ONG partenaire officiel de l’UNESCO et membre du Comité de Liaison des ONG UNESCO, après avoir analysé avec ses partenaires les effets de la crise du COVID jusqu’à ce jour, affirme que toute personne au monde, quels que soient son âge, ses conditions de vie, son genre, son lieu de vie, doit pouvoir avoir accès aux apprentissages nécessaires pour son insertion dans la société humaine, son développement, son épanouissement, et donc que tous les états et décideurs doivent considérer ce droit comme une priorité, et octroyer tous les moyens possibles pour y parvenir.


Il précise que :

  1. ces apprentissages portent autant sur des savoirs de base comme lire, écrire, compter, utiliser les outils numériques… que sur des savoirs « soft » tels que apprendre à apprendre, à vivre en société, à penser par soi-même, à prendre soin de soi, des autres et de la planète ;

  2. c’est dès le plus jeune âge que ces apprentissages doivent être inculqués, dans un système d’éducation qui concerne, implique, transforme aussi bien les enseignants que les parents et toute la société ;

  3. que les enseignants doivent être formés et accompagnés de manière à pouvoir utiliser au mieux les outils technologiques, concevoir de nouvelles ingénieries pédagogiques hybrides, établir des rapports différents avec les apprenants ainsi qu’avec les adultes (parents, collègues…).


Concernant les « 9 idées pour l’action publique », le CMAtlv insiste sur les propositions suivantes, en suggérant quelques précisions (en gras) :

1. S’engager à renforcer l’éducation en tant que bien commun.

2. Élargir la définition du droit à l’éducation afin qu’il tienne compte de l’importance de la connectivité et de l’accès aux connaissances et à l’information.

3. Valoriser la profession enseignante, l’aider à se transformer, favoriser la collaboration entre les enseignants.

4. Promouvoir la participation et les droits des élèves, des jeunes et des enfants et veiller à ce que l’égalité des filles et garçons devienne une réalité.

7. Inclure l’alphabétisation scientifique dans les programmes d’enseignement des enseignants comme des élèves.

8. Protéger les financements nationaux et internationaux de l’éducation publique.

9. Promouvoir la solidarité mondiale pour mettre fin aux niveaux actuels des inégalités… une solidarité mondiale redynamisée axée sur l’empathie et l’appréciation de notre humanité commune.

Le CMAtlv salue le travail qu’accomplit la Commission Internationale et demeure à sa disposition.